top of page
IMG_5134_edited.jpg

Du 27 avril au 3 mai 2024, 33 jeunes, 10 éducateur‧rices, et 7 intervenant‧es ont travailler ensemble autour d'un projet pluridisciplinaire, rassemblant création sonore, arts visuels, rap, football, théâtre et radio. 

De ces 7 jours d'ateliers, et de notre sortie au Vélodrome, nous avons réalisé, en partenariat avec Radio Galère, une émission hors les murs, qui retrace l'ensemble des activités découvertes durant la semaine...

Durant une semaine, 19 jeunes suivi.e.s par différentes structures de la Protection Judiciaire de la Jeunesse et l'Aide Sociale à l'Enfance ont participé à la réalisation d'un court-métrage documentaire intitulé "Nos Regards".
Tous les jours, iels ont assisté à des ateliers sportifs (danse contemporaine, foot, basket, hip-hop) ainsi que des ateliers son et vidéo.

De cette semaine la réalisatrice Anaïs Baseilhac a tiré des images, interviews, qui questionnent à la fois le rapport au corps chez les adolescent.e.s ainsi que l'expérience collective d'apprendre à se connaître autour d'activités artistiques et sportives.

D75_3630.jpg
Capture d’écran 2023-03-16 à 15.37.12.png

La pièce retrace l'histoire de Janfi, incarcéré de 1981 à 1983, alors âgé d'une vingtaine d'années. Il y raconte à Sophie ses problèmes d'addictions, sa vision de la société, du monde pénitentiaire et de la difficulté de l'enfermement. Les lettres échangés à son interlocutrice témoignent à la fois d'une époque et d'une réflexion intime d'un jeune détenu.

On écoute des habitant.e.s, pour raconter leurs histoires. Celles qui restent, après toutes ces années. Une nuit de solidarité, un incendie désastreux, le gardiennage du square, ou encore une ville sans crottes de chien.

Rendre féérique, hors du temps, loufoques, des récits à priori peu spectaculaires. Donner un nouveau regard sur nos histoires, et les personnages que nous incarnons.

159419133_489527572223120_1186143022149232656_n.jpg
en_corps_-_1.jpeg

La première édition du spectacle TOUT CE QUE tu aurais pu faire de ta JOURNÉE au lieu de rester sur ton CANAP sans tirer un trait sur l’APÉRO a pris racine au coeur du 18ème arrondissement. Ces petites rues piétonnes et recoins confinés offraient un large panel de création dans des lieux insolites. L’histoire emblématique de ce quartier, très ancrée dans l’univers du spectacle vivant, faisait office de support à la création.

bottom of page